SYNDICAT MIXTE DES BASSINS VERSANTS DU RÉART, DE SES AFFLUENTS ET DE L’ÉTANG DE CANET SAINT-NAZAIRE

Le rôle de la ripisylve

La ripisylve est définie comme l'ensemble des formations boisées présentes sur les rives d'un cours d'eau. De nombreuses espèces animales et végétales y sont inféodées.

La ripisylve est indispensable au bon fonctionnement d’une rivière pour de nombreuses raisons :

  • Protection des berges contre l’érosion : l’enracinement en profondeur des arbres et arbustes constituant la ripisylve permet le bon maintien des berges. Les racines des arbres fixent les berges, limitant ainsi l’érosion. Cependant, toutes les essences d’arbres ne sont pas adaptées. Par exemple, le peuplier sera à éviter en bordure de cours d’eau. En effet, il aura tendance à développer ses racines plutôt en surface et à être rapidement déstabilisé par la rivière, contrairement au saule, à l’aulne ou au frêne, qui ont un enracinement en profondeur.
  • Dissipation du courant : La ripisylve offre des "obstacles" à la rivière et dissipe ainsi sa force, limitant l’érosion excessive. Pendant les crues, les végétaux freinent l’eau, ils brisent le courant et protègent les berges aval d’une érosion trop forte.
  • Epuration et fixation des sédiments et des polluants issus des terres voisines : la ripisylve ainsi que les microorganismes qu’elle abrite, constituent un filtre naturel pour les polluants susceptibles d'arriver à la rivière. En effet, les nitrates, les phosphates et les molécules phytosanitaires sont fixés par les plantes ou sont dégradés par les microorganismes présents dans le sol, ce qui évite ainsi un rejet direct dans la rivière. De plus, la végétation présente dans le cours d’eau et sur les berges, agit aussi sur la qualité de l’eau en pompant les polluants organiques qui sont parvenus jusque dans la rivière. Ainsi, une végétation en bonne santé, augmentera la capacité auto épuratoire du milieu.
  • Ombrage des eaux : les arbres en limitant la quantité de lumière jusqu’au cours d’eau , permet de limiter l’augmentation de la température et donc l’eutrophisation des rivières. Ce phénomène est à l’origine de nombreux dysfonctionnements écologiques avec notamment une asphyxie du milieu.
  • Effet corridor : la ripisylve permet de former un couloir naturel constituant un refuge, une zone de chasse et un axe de déplacement pour de nombreuses espèces.
  • Effet brise-vent : Comme toutes les haies de manière générale, la ripisylve a également un effet brise vent et limite ainsi l’évaporation en période estivale.
  • Effet paysager : la juxtaposition de la ripisylve avec des milieux ouverts (vignes, friches...) crée un paysage plus varié et plus coloré. La ripisylve contribue à l’amélioration du caractère du territoire.

La ripisylve a donc des fonctions essentielles, sa destruction sur un grand linéaire de cours d’eau est un des facteurs principaux du dysfonctionnement des rivières de notre bassin versant. C’est pourquoi une attention toute particulière est portée à sa restauration et à sa préservation.